Ouverture au doctorat : agrégation du secondaire

Les billets de cette série Article 79 ont vocation à recenser les corps de la fonction publique ouverts aux docteurs par la voie de concours réservés ou adaptés, afin de transférer la culture et les compétences de recherche dans l’administration de l’Etat et de ses collectivités. Ces informations devraient, selon l’article 79 de la loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, être fournies dans un rapport du Gouvernement remis chaque année au Parlement, qui est encore en attente de publication à ce jour (712 jours de retard).

Le Décret n° 2016-656 du 20 mai 2016 modifiant certains statuts particuliers des personnels enseignants relevant du ministre chargé de l’éducation nationale prévoit la création d’un « concours externe spécial » réservé aux titulaires d’un doctorat, dans la limite de 15% du nombre total de places mises aux deux concours externes. Il prévoit également que la période de préparation de leur doctorat sera prise en compte au moins pour deux ans d’ancienneté lors de leur intégration dans le corps.

Mise à jour du 22/07/2016 – le bulletin officiel n°29 du 21 juillet 2016 donne quelques précisions sur le concours :

La session 2017 constitue la première année de mise en œuvre de ce concours. Cinq sections ont été retenues : les mathématiques, la physique-chimie option physique, les lettres modernes, la biochimie-génie biologique et l’anglais.

Les épreuves conservent le format de celles du concours externe mais sont proposées en nombre moindre, de l’ordre de quatre à six épreuves pour le nouveau concours contre six à dix épreuves pour le concours externe selon les sections. La leçon d’agrégation reste systématiquement proposée.

Chaque section propose une épreuve nouvelle de mise en perspective didactique d’un dossier de recherche. Le candidat sera conduit à présenter au jury un dossier scientifique concernant son parcours, ses travaux de recherche et, le cas échéant, ses activités d’enseignement et de valorisation de la recherche et à en proposer une mise en perspective didactique.

Ouverture au doctorat : inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche

Les billets de cette série Article 79 ont vocation à recenser les corps de la fonction publique ouverts aux docteurs par la voie de concours réservés ou adaptés, afin de transférer la culture et les compétences de recherche dans l’administration de l’Etat et de ses collectivités. Ces informations devraient, selon l’article 79 de la loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, être fournies dans un rapport du Gouvernement remis chaque année au Parlement, qui est encore en attente de publication à ce jour (667 jours de retard).

Le Décret n° 2016-619 du 18 mai 2016 modifiant le décret n° 99-878 du 13 octobre 1999 relatif au statut du corps de l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche mentionne la présence d' »épreuves d’un concours externe sur titres et travaux » pour permettre l’accès à ceux corps des titulaires d’un doctorat ayant « quatre ans d’expérience professionnelle après l’obtention du doctorat ». Il prévoit également que la période de préparation de leur doctorat sera prise en compte « dans la limite de deux ans ».

Revue d’actualités – mai 2016

Une veille d’actualités sur le doctorat est réalisée tous les mois par les membres de l’ANDès. N’hésitez pas à y contribuer en envoyant vos informations à l’adresse contact@andes.asso.fr. Voici la compilation des actualités réunies en mai 2016.

→ 31/05 : « « Ma thèse en 180 secondes »: un doctorant en recherche médicale récompensé » dans Le Parisien.

→ 31/05 : « Ma thèse en 180 secondes : un tremplin pour les doctorants » sur France Inter.

→ 31/05 : « «Ma thèse en 180 secondes»: 28 doctorants en lice pour la finale nationale » sur Le Figaro étudiant.

→ 31/05 : « « Ma thèse en 180 secondes » : quand la France célèbre ses doctorants » sur Campus, Le Monde des étudiants.

→ 31/05 : finale nationale de Ma thèse en 180 secondes, au Palais de la Bourse à Bordeaux (enregistrement vidéo sur le site de l’IN2P3).

→ 30/05 : « Chercheur et startuper : l’avenir de la recherche française ? » sur EducPros.

→ 26/05 : « Pour une reconnaissance véritable du doctorat dans les trois fonctions publiques et dans le secteur privé » par le Sgen-CFDT Enseignement Sup et Recherche de l’Académie de Grenoble.

→ 26/05 : « Le marché noir russe le plus fou ? Ni les armes, ni les drogues ni la vodka mais… les thèses de doctorat » sur Atlantico.

→ 26/05 : « Les agrégés craignent une « agrégation light » destinée aux docteurs » dans Le Monde.

→ 25/05 : publication de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat.

→ 25/05 : « De la misère des thésards chinois en France » sur Mediapart.

→ 20/05 : sortie du neuvième épisode de One Doc Show : « ODS#9 – Emission spéciale « Docteurs Entrepreneurs » ».

→ 20/05 : « « Employment crisis » for new Ph.D.s is an illusion » sur Science.

→ 20/05 : Ouverture d’une nouvelle voie d’accès pour les docteurs aux concours de l’agrégation par le Décret n° 2016-656 du 20 mai 2016 modifiant certains statuts particuliers des personnels enseignants relevant du ministre chargé de l’éducation nationale.

→ 17/05 : « Docteurs et doctorants : l’entrepreneuriat vous va si bien ! » sur Les Échos – Entrepreneurs.

→ 16/05 : sortie du newsgame FaireUneThese.fr de la journaliste Armêl Balogog.

→ 13/05 : « Ma thèse en BD : « Le high-tech pour les old school » » sur The Conversation (d’autres planches tirées de 11 Thèses en BD, par peb & fox, sur The ConversationAdopte un kétoprofèneLa climatologie simple comme 2+2=4, La forêt où il ne pleut pasTuta absoluta, la chenille tueuse de tomatesBien nourrir sa forêt, Rien ne se jette, tout se transformeLa PME contre-attaqueL’arbre, le meilleur ami du bois, La rivière des crevettes zombiesLa lumière qui file pas bien droit).

→ 13/05 : « Cherchons babysitter bac + 5 pour nos filles de 3 et 5 ans, autre profil s’abstenir » sur Brain.

→ 08/05 : « Le géologue François Hommeril, futur président de la CFE-CGC, évoque ses souvenirs d’étudiant à Nancy » dans L’Est républicain.

→ 08/05 : « Le syndrome de l’imposteur chez les doctorants » sur Coopération universitaire.

→ 03/05 : « Les précaires de l’université veulent sortir de l’«invisibilité» » dans Mediapart.

Compétences des docteurs selon les données MyDocPro

Les billets de cette série Statistiques sur le doctorat évoquent diverses données statistiques liées au doctorat, disponibles publiquement, ou réunies par des membres de l’ANDès. Les traitements et analyses de ces données ne reflètent pas nécessairement les positions de l’ANDès et n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Le site web MyDocPro.org a été mis en place par l’ABG, la CPU et le MEDEF pour permettre aux doctorants et docteurs de valoriser leurs compétences en déclarant quel niveau de la compétence ils pensent avoir atteint parmi 24 compétences clé des docteurs (voir ce fichier PDF reprenant l’ensemble des descriptions détaillées des niveaux de compétences du référentiel).

Après réalisation d’un script d’extraction des résultats, voici :

 

Même si la taille des échantillons est assez réduite, on constate à partir de ces 224 profils, dont 86 de docteurs et 49 doctorants :

  • que les docteurs (en couleurs vives dans le dernier graphique) estiment généralement avoir atteint un niveau de compétences plus avancé que les doctorants (couleurs pâles) ;
  • que les trois compétences pour lesquelles le plus de docteurs (et de doctorants, dans une moindre proportion) estiment avoir atteint au moins le niveau 1, et une bonne partie au moins le niveau 2, sont :
    • l’expertise et les méthodes (liées au domaine de recherche) : 97% des docteurs au moins au niveau 1, 74% au moins au niveau 2 ;
    • la capacité d’analyse synthèse et esprit critique : 95% des docteurs au moins au niveau 1, 66% au moins au niveau 2 ;
    • la capacité d’écoute : 90% des docteurs au moins au niveau 1, 63% au moins au niveau 2 ;
  • qu’une proportion importante de répondants estiment n’avoir pas atteint le niveau 1 de compétences en orientation client (84%), obtention et gestion des ressources financières (63%), gestion des risques (58%) et négociation (55%).